En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Erasmus+

Visite du Directeur du Conservatoire botanique national des Pyrénées et de Midi-Pyrénées de Bagnères-de-Bigorre

Par SANDRINE DURRIEU-DECAP, publié le lundi 5 mars 2018 18:20 - Mis à jour le lundi 5 mars 2018 18:20
Intervention M. Largier4.PNG
Intervention de M. Largier auprès des élèves du groupe Erasmus+ KA2.

M. Largier, directeur du Conservatoire de botanique de Bagnères-de-Bigorre s'est rendu, le jeudi 1er février, auprès des élèves du groupe Erasmus+.

Plus habitué à un public d'étudiants en Maîtrise, M. Largier a quand même réussi à captiver son jeune auditoire en leur parlant, d'une part, du rôle des conservatoires botaniques nationaux dans la connaissance de la flore, dans la préservation de celle-ci et dans le recensement des espèces végétales d'un territoire donné. D'autre part, il a abordé, au travers d'un documentaire, le projet transpyrénéen des combes à neige, initié en 2011. Grâce à ces combes à neige, l'observation de la végétation alpine va être mieux appréciée, mais ce n'est qu'après plusieurs années d'observation, que les botanistes pourront ou non constater une évolution sur ces espèces vivaces de haute montagne.Or, pour le moment, le recul n'est pas suffisant pour pouvoir tirer des conclusions sur un possible impact de changement climatique sur cette végétation alpine, observées quatre fois à l'année, entre le début de juillet et le début de septembre.

Loin d'être alarmiste, M. Largier préfère, au contraire, s'en remettre à la sélection naturelle des végétaux qui sont très sensibles aux variations des minima et maxima, et non à l'indicateur de température moyenne privilégié par les climatologues. En outre, bien que certains s’y essaient, il est probablement difficile d’anticiper nos besoins futurs en production forestière, d’une part parce que le climat futur n’est pas encore là donc le choix d’espèce est hasardeux, et d’autre part, car les espèces végétales choisies actuellement souvent étrangères ne seront peut-être pas bien adaptées au climat local futur.